Vietato lamentarsi – interdit de se plaindre

Posté le 19/07/2017

Texte de Mario Loubier

 

Les gens qui visitent le pape François sont avisés dès leur arrivée de son appartement personnel d’éviter de se plaindre. Le docteur Salvo Noè a offert au Saint-Père cette pancarte lors d’une visite à la mi-juin. Ce geste prouve encore une fois que le pape a un bon sens de l’humour et une certaine connaissance de la psychologie positive.

 

Le psychologue, Salvo Noè est auteur d'un ouvrage sur le thème du développement personnel. Le pape François avait alors promis avec le sourire de l'utiliser. « Je le mettrai sur la porte de mon bureau où je reçois les visiteurs », a-t-il déclaré.

 

Le pape a finalement renoncé à accrocher la pancarte dans les grandioses appartements pontificaux, où se trouve son bureau, préférant un affichage plus informel dans sa modeste résidence hôtelière Sainte-Marthe. Le pontife argentin a recommandé à de nombreuses reprises aux fidèles de ne pas se laisser aller à la mélancolie ou à se lamenter.

 

C'est l'un des récents visiteurs du pape, un vieux prêtre italien ami de longue date avec lui, qui a pris la pancarte en photo et l'a publiée après lui avoir demandé l'autorisation. 

 

Voici la traduction de la pancarte offerte au pape. 

 

Interdit de se plaindre

La loi n ° 1 sur la protection de la santé et du bien-être.

Les contrevenants seront soumis à un syndrome de victimisation. Ce qui aura pour conséquence l'abaissement de l'humeur et de la capacité à résoudre des problèmes.

L'amende sera doublée si l'infraction est commise en présence d'enfants.

Pour devenir le meilleur d'eux-mêmes, on doit se concentrer sur notre potentiel et non pas sur nos propres limites. Alors, cessez de vous plaindre et prenez des mesures pour changer votre vie en mieux.

 

 

 

 

 

Mario Loubier

514-434-9423

Lire la suite »

L’histoire de Rocky Balboa

Posté le 12/07/2017

L’histoire de Rocky Balboa

N’abandonnez jamais vos rêves

Transcription de Mario Loubier

 

Cette histoire découle d’un entretien qu’a eu Tony Robins avec l’acteur américain Sylvester Stallone, l’interprète de Rocky Balboa. Il démontre bien l’importance de l’engagement quand on a un but. Beaucoup de choses ont été dites pour la création de l’histoire de Rocky et Tony Robins voulait en savoir plus lors d’un repas copieux avec lui. Il voulait savoir qui était le vrai Sylvester Stallone. Il voulait en connaître plus concernant le mythe. Alors voici l’histoire de la création de Rocky Balboa. À la base Sylvester Stallone savait depuis sa plus tendre enfance ce qu’il voulait faire comme métier plus tard, travailler dans le monde du cinéma. Il a toujours voulu aider les gens à s’évader pendant un court moment. Mais sa vraie motivation a toujours été d’inspirer les autres à réaliser des choses. Et souvent c’est ce qui inspire les gens lorsqu’ils sont capables de voir et de comprendre qu’il est important de se surpasser. C’est ce que l’inspiration nous permet de faire. Aller plus loin que ce que nous avions originalement pensé.VidéoVidéo

 

Sylvester Stallone pense qu’il a accompli cela avec Rocky. À la base on ne peut pas dire que la nature l’a particulièrement gâté. Il a un drôle de visage avec une bouche un peu croche et un parlé plus que discutable. Il a hérité de ce physique et cette façon de parler parce que lorsqu’il est né on a dû le sortir avec des forceps. Malgré ce désavantage physique, il savait pourquoi il voulait le faire et il ne voulait faire aucun compromis pour réaliser son rêve. Que s’est‐il passé quand il a essayé de se trouver un travail avec la diction et l’allure qu’il avait? Et bien les gens ne le prenaient pas au sérieux. Les gens lui disaient : « Tu as un air stupide, fais autre chose! », « Il n’y a pas de place pour toi dans le monde du cinéma avec une allure et une façon de parler semblable. » Il s’est fait dire non, non, non et encore non. Il s’est fait rejeter plus de 1500 fois par les agences d’artiste de la ville de New York. En fait, il n’existe pas 1500 agences, mais c’est qu’il retournait et cognait 5, 6 et 7 fois aux mêmes portes! À un moment donné, il a décidé de faire les choses différemment. Stallone a décidé de rester dans les locaux des agences jusqu’à ce qu’on lui donne un emploi. « Je suis ensuite revenu une fois, deux fois et trois fois. Un jour, une personne s’est fatiguée de me voir et m’a donné un rôle mineur dans un film. Ma scène durait environ 20 secondes. Il s’agissait d’une scène ou je me faisais battre. J’ai eu encore 2 ou 3 autres rôles mineurs dans certains films. »

 

Pour le reste, il se faisait encore rejeter. Finalement, il a évalué que cela ne fonctionnait toujours pas et il a décidé encore une fois de changer son approche. Il était affamé, il avait toujours faim et avait de la difficulté à payer pour son chauffage. Sa femme insistait pour qu’il se trouve un travail. Il ne voulait pas le faire. Il savait que s’il se trouvait un travail, il se contenterait de son confort et abandonnerait toute son ardeur pour faire ce qu’il voulait vraiment faire dans la vie : Travailler dans le monde du cinéma. Il savait qu’il n’y avait pas d’autres moyens pour y arriver. Sa femme ne comprenait pas cela et évidemment ils se chicanaient… en même temps qu’ils gelaient dans l’appartement! « Un jour je suis allé à la bibliothèque de New York pour me réchauffer, j’étais assis et il y avait un livre sur la table. C’était un recueil de poèmes d’Edgar Allen Po. J’ai donc commencé à le lire et je ne sais pas pourquoi, mais j’ai vraiment été intéressé par la vie d’Edgar Allen Po. » Sylvester Stallone a donc décidé d’en apprendre plus sur la vie de ce poète, sa vie, sa mort, ses défis, ses combats. Tony Robbins lui a demandé : « Qu’est‐ce que Po a fait pour toi? ». Stallone a répondu : « Po m’a aidé à sortir de moi‐même. Il m’a indiqué ce que je pouvais faire pour arriver à me dépasser et à toucher la vie des autres personnes et surtout à ne pas être si intéressé par la mienne. Je me suis dit : pourquoi ne pas devenir écrivain? “Imaginez cela, Rocky devenir écrivain! ‘J’ai essayé d’écrire certains scénarios et rien ne fonctionnait. J’étais toujours cassé comme un clou. Finalement, j’ai réussi à en vendre un : Paradise Alley. Un scénario que j’ai réalisé et interprété quelques années plus tard. Je l’ai vendu pour la modique somme de 100 $.

Wow! C’était beaucoup d’argent pour moi à cette époque. J’étais tout excité, cela m’a encouragé à en faire d’autres, mais rien ne fonctionnait encore. J’étais tellement cassé que j’ai dû vendre les bijoux de ma femme. J’ai appris quelque chose avec cette vente. Il ne faut jamais vendre les bijoux de sa femme! C’est ce qui a probablement mis un terme à notre relation. Elle n’était plus capable de supporter la détermination que j’avais. Même après qu’elle soit partie je n’avais pas plus d’argent. La seule chose qui me restait dans la vie, c’était mon chien. J’aimais mon chien, car il me donnait un amour inconditionnel. J’avais tellement faim et j’étais tellement cassé, mais j’ai dû me résigner à vendre mon chien. Cette journée fut la plus difficile de toute ma vie. Je me suis rendu dans un bazar et j’ai vendu mon chien. J’ai dû vendre mon chien pour manger. J’ai essayé de le vendre pour 50 $, mais ce type a négocié. Finalement, je lui ai vendu mon chien pour 25 $. Le chien que j’aimais le plus au monde pour seulement 25 $. Je suis parti et j’ai pleuré. Ce fut à cet instant le pire moment de toute ma vie. ‘

 

Deux semaines plus tard, Sylvester Stallone regardait un match de boxe à la télé. Il s’agissait du combat de Mohamed Ali contre Chuck Wepner. Wepner revenait sans cesse dans le match. À cet instant Sylvester Stallone eut une idée. Aussitôt le match terminé, il s’est mis à écrire et à écrire. Il le fit pendant 20 heures d’affilée. ‘Après avoir écrit l’histoire de Rocky, j’en tremblais, je savais que je venais enfin de réaliser ce que je voulais et je savais pourquoi je l’avais fait. Je sentais que ceci serait un succès. Alors je suis parti avec mon scénario en dessous du bras pour le vendre à des agents. Et les agents m’ont fait des commentaires comme : c’est prévisible, c’est stupide, c’est insensé, etc. J’ai écrit tous les mauvais commentaires que les agents m’avaient dits et je me suis permis de les lire lorsqu’on m’a remis l’Oscar du meilleur film. La meilleure des vengeances est un succès éclatant. ‘ Sylvester Stallone a continué à chercher des gens intéressés par son script. Il a finalement trouvé un groupe de personnes qui ont lu et qui étaient intéressées par Rocky. Ils y croyaient etsont tombés en amour avec l’histoire. Ils ont offert 125 000 $ pour le scénario. Sylvester Stallone leur a répondu : ‘Wow, c’est vraiment une belle offre, mais il y a juste une chose. C’est moi qui serai la vedette principale du film.“ Les gens lui répondirent : que veux‐tu dire, tu es un écrivain! Stallone répliqua : ‘Non, je suis d’abord un acteur, c’est mon histoire et c’est moi Rocky! “ ‘Pensez‐y, monsieur Stallone, on ne dépensera pas 125 000 $ pour une histoire jouée par un acteur inconnu. Nous avons besoin d’une vedette. “ À cette époque, il avait pensé à Ryan O’Neil pour jouer le rôle de Rocky, car il était la vedette du moment. Pouvez‐vous imaginer Ryan O’Neil du film Love Story en Rocky?

 

Les gens ont dit que c’était à prendre ou à laisser. Je suis donc parti avec mon scénario sous le bras en leur disant que si c’était ce qu’ils croyaient, alors ils ne méritaient pas d’avoir ce script. Le gars totalement cassé et affamé refusant une telle offre! Savez‐vous pourquoi? Il connaissait son POURQUOI. Il savait pourquoi il avait écrit son film et il voulait jouer dedans. Quelques semaines plus tard, ces gens ont rappelé en offrant un quart de millions de dollars pour le script et évidemment sans Sylvester Stallone dans le film. Ils sont même allés jusqu’à 325 000 $ pour avoir le film, toujours sans Sylvester Stallone. Ils ont finalement fait un compromis. Ils se sont entendus pour 35 000 $ avec Stallone jouant le rôle de Rocky et une participation aux profits. Le film a été réalisé au coût de 1 million de dollars et a généré plus de 200 millions de dollars en profit. Tony Robins lui a ensuite demandé : tu es passé d’environ 25 $ en poche à 35 000 $. Je sais que ce n’est pas 325 000 $, mais qu’as‐tu fait avec l’argent? Je pensais qu’il dirait qu’il avait fait la fête. Sylvester Stallone s’est rendu au bazar pendant 3 jours consécutifs afin de voir l’homme qui avait acheté son chien, car il voulait le racheter. ‘À la troisième journée, je vois enfin l’homme avec mon chien. Je suis allé le voir et je lui ai dit que je voulais racheter mon chien. Je lui ai demandé s’il se souvenait de moi, il m’a dit oui et qu’il aimait beaucoup le chien. Monsieur, quand je vous ai vendu mon chien j’étais cassé comme un clou et j’avais faim. Je dois ravoir mon chien. S’il vous plait. Je vais vous donner 100 $ pour mon chien. L’homme refusa carrément en disant que c’était son chien. Je devais donc changer mon approche et je lui ai offert 500 $ pour mon chien, il refusa encore. 1000 $ pour mon chien! Aucun montant d’argent ne me fera abandonner, mon chien, répondit l’homme. Je savais que je voulais mon chien, je devais donc poser un geste important. Je lui ai donc donné 15 000 $ et un rôle dans le film de Rocky. Vous connaissez le chien dans le film Rocky 1 et Rocky 2, Butkus et bien c’est le chien réel de Sylvester Stallone.

Il existe toujours une façon de faire lorsque vous êtes vraiment engagé à réaliser vos rêves.

 

https://www.youtube.com/watch?v=iOC3eYpdypI

 

Mario Loubier

Coach - Conférencier - Formateur

514-434-9423

Lire la suite »

L'émotion et la vente

Posté le 06/07/2017

Commissariat au commerce

Publié le 30 mars 2012

«L’intelligence émotionnelle ne s’ajoute pas aux capacités intellectuelles, mais elle les multiplie : elle constitue le facteur invisible, mais déterminant… » — Daniel Goleman, psychologue de la performance.

Des lectures nous ont appris que certaines émotions peuvent occulter notre quotient intellectuel. Selon Isabelle Fontaine, coach et auteur du livre «EMPOWER…», les chercheurs affirment que 80 % du succès d’un individu repose sur son intelligence émotionnelle soit sa capacité de gérer ses émotions. Être apte à prendre conscience de ses propres émotions, de déchiffrer celles des autres et d’en comprendre le déroulement permet même d’INFLUENCER les émotions d’autrui.

De là, il n’y a qu’un pas pour penser à l’achat compulsif et à la facilité d’acheter un bien en raison des effets ressentis lors d’une visite en magasin. On le sait depuis longtemps, les agents d’immeubles ont reconnu le pouvoir olfactif de la «tarte aux pommes» pour vendre une maison. D’autres marques de commerce comme Coke ont aussi profité de l’attraction par le sens de l’ouïe à l’aide de la musique de Karkwa «Le pyromane» pour attirer une clientèle cible de jeune consommateur.

C’est l’un des messages qui nous a frappés lors d’une conférence au dernier congrès du Conseil Québécois du commerce de détail où, la psychologue du travail, Pierrette Desrosiers a présenté comment les dernières découvertes sur le cerveau et l’intelligence émotionnelle peuvent permettre de performer comme leader et d’augmenter l’engagement et la satisfaction des employés.

Elle fonde le succès en affaires sur le quotient émotionnel d’une personne. Liées aux concepts plus individuels présentés dans le livre d’Isabelle Fontaine, plusieurs de ces notions trouvent écho dans la capacité d’influencer des émotions donc les pulsions d’achats des consommateurs.

Stratégies pour capter et diriger les émotions

Nous disposons de plusieurs outils ou stratégies pour activer notre système nerveux et nos divers sens. L’association de souvenirs précis a été depuis longtemps un outil de marketing efficace. Une condition de base pour planifier votre stratégie, vous devez bien connaître votre clientèle :

-Observer votre clientèle idéale.

-Sonder les intérêts de votre clientèle.

-Identifier le groupe d’âge, les loisirs, les vacances, les chansons qu’elle écoute, les films qu’elle regarde et qu’elle aimerait revoir, les souvenirs qui habitent leur enfance, les moments et les dates de souvenirs de succès, etc.

Dressez ensuite un recueil ou une liste de souvenirs communs qui créent de l’énergie, une liste de leurs chansons préférées et de films cultes. Allez ensuite sur iTune Store et procurez‐vous des déclencheurs musicaux comme Justin Bieber ou Madonna suivant

votre clientèle cible et créez ainsi un répertoire auditif, visuel ou autre pour capter et provoquer des changements d’humeurs propices à dépenser dans votre magasin. Vous pouvez catalyser des émotions positives en diffusant des passages de films porteurs de messages en lien avec vos produits et étant attractif pour votre clientèle.

Par exemple, une boutique d’accessoires de cuisine ou une chocolaterie pourraient s’inspirer de la diffusion d’extrait du film «Le Chocolat» sur YouTube ou encore d’une citation de la série The Sopranos : «La prochaine fois, il n’y aura pas de prochaine fois» pour un magasin d’articles et accessoires de chasse.

Isabelle Fontaine le confirme, il est prouvé que la réussite individuelle et professionnelle est souvent fondée sur notre habileté à gérer nos émotions, notre énergie mouvante.

Dès que le cerveau est chargé d’émotions, il capte les éléments en présence. Il sera marqué et s’intéressera à cette réalité.

De façon générale, nos émotions vont souvent être source de domination dans nos actions et nos comportements. Notre facilité à se sentir enthousiasme, passionner ou audacieux comparé à celles d’être en colère ou irrité, peuvent engendrer certains problèmes, mais aussi être une source de revenus pour des commerces.

Facteur humain

Comme le leader, le gestionnaire et le conseiller en vente, plus vous serez empreint d’une émotion expressive ou intensive envers vos clients ou vos employés, plus vous serez en mesure de diffuser votre humeur aux autres et donc de les contaminer positivement.

Cette aptitude de susciter une émotion similaire conduit même à imiter la position du corps et l’expression du visage de l’autre personne. La sincérité et la solidité intérieure sont aussi des gages de cette source d’influence qu’est la gestion de vos émotions.

Il est donc recommandé pour votre personnel qui interagit avec la clientèle :

-De contrôler ses émotions négatives en prenant le temps de respirer lentement et profondément et de prendre une pause avant de parler.

-Votre visage est un moyen d’activer des émotions positives. Il devient le miroir du client.

-Si vous baissez d’énergie : sauter, chanter, frapper dans vos mains ou danser.

-Votre alimentation influence vos émotions : éviter de manger du sucre, favoriser plusieurs petits repas dans une journée, buvez beaucoup d’eau, et ce régulièrement et consommer des aliments crus comme des légumes verts.

Pensez à aménager vos produits en suscitant des zones de couleurs lumineuses pour stimuler le cerveau limbique du consommateur. Épurez votre environnement, mettez du beau.

Mario Lobier, coach…, propose dans un récent billet une méthode de moins de 90 secondes pour influencer les autres. Son approche pour donner une première impression remarquable, fondée sur une recherche dans le domaine des communications du Dr Albert Mehrabian, résonne clairement des facteurs pour capter les émotions d’une personne. Elle est simple et exercer tous les jours, elle contribuera à hausser votre pouvoir d’influence :

1. Répéter «Super» trois fois à voix haute ou dans votre tête.

2. Regardez la personne directement dans les yeux (un truc : noter sa couleur des yeux) et souriez.

3. Orientez votre corps pour tourner votre coeur vis‐à‐vis celui de votre interlocuteur.

4. Devenez un caméléon. Copier le langage du corps, le ton et le débit de voix de l’autre personne. Sauf, s’il est en colère, restez calme et parler bas. S’il est fermé, faites preuve d’ouverture.

Notre état affectif conditionne comment nous percevons notre réalité. Si je suis dans un magasin de matelas, mon émotion de calme trouvera dans ma visite des preuves de produits propices à me procurer un sommeil bienveillant et réparateur! N’est-ce pas excellent pour conclure une vente d’ajouter une musique au pouvoir d’apaiser mon rythme cardiaque, de ralentir ma respiration et d’élever mon endorphine. VIVRE, C’EST RESSENTIR!

Pour plus d’informations, vous pouvez joindre le Commissariat au commerce au 819

472‐6705, info@commerce‐drummond.com ou www.commerce‐drummond.com.

Sources

Livre : «EMPOWER: Stratégies pour maximiser votre intelligence émotionnelle par le pouvoir et l’énergie des émotions.» Par Isabelle Fontaine, Les éditions Un monde différent, Brossard, 2012, 238 pages. Conférence plénière «Intelligence émotionnelle et leadership» par Pierrette Desrosiers, 19 mars 2012 au Congrès du CQCD «Comment influencer les autres en moins de 90 secondes billet de Mario Loubier www.coachingetleadership.com Bande annonce du film «Le Chocolat» http://www.youtube.com/watch?v=wMP5qpfqnSQ

 

 

Lire la suite »