La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Leçons d’un champion du redressement – Alan Mulally - version 2020

Posté le 11/03/2020

Texte de Mario Loubier

 

Au fil des années j’ai pu être témoin d’un revirement d’entreprise le plus significatif de toute l’ère industrielle. Alan Mullaly a réussi deux fois cet exploit dans sa vie. Une fois avec la compagnie d’aviation Boeing Commercial Airlines, et à partir de 2006 avec la compagnie Ford Motor Co. Plusieurs problèmes sévissaient depuis des années chez le manufacturier automobile. En 2006, Ford annonça qu’elle perdrait la somme de 12,6 milliards de dollars. La plus grande perte de toute son histoire de plus de 100 ans. Des facteurs économiques et des cycles typiques à cette industrie ont conduit le manufacturier à cette dure réalité. Cependant, la plus grande difficulté ayant conduit à cette perte se trouvait à travers la compagnie elle-même. Un récent podcast (2020 - en anglais seulement) ramène Monsieur Mullaly à l’avant-scène avec quelques leçons supplémentaires de ce success-story. Pour écouter le podcast, cliquez sur le lien suivant ou copiez le lien suivant dans votre fureteur https://take-command-a-dale-carnegie-podcast.simplecast.com/episodes/1-alan-mulally

 

Pour ceux et celles qui aimeraient avoir un aperçu de cette réalisation, voici le billet que j’ai publié il y a quelques années.   5 points tirés du livre American Icon qui raconte comment Alan Mullaly et son équipe ont su redresser le tout. Pour la version PDF de ce document, cliquez sur le lien suivant ou copiez-le dans votre fureteur  https://fr.scribd.com/document/102155550/marioloubier-com-Lecons-du-champion-en-redressement-entreprise

  

Avoir une vision claire et attrayante

Vous devez savoir qui vous êtes et ce que vous voulez accomplir pour inspirer les gens. La première chose que fit Alan Mullaly fut d’identifier cette vision. Il trouva son inspiration dans les archives de la compagnie. Une annonce datant de 1925 dans laquelle Henry Ford déclarait : « Ouvrir la route à l’humanité ». Il en distribua une copie à tous ces hauts dirigeants et il s’assura que toutes les décisions de la compagnie seraient prises en fonction de cette vision. Par exemple on opta pour la technologie « EcoBoost » afin de rendre accessible un moteur plus économique au plus grand nombre de personnes possible. 

 

Ayez un plan simple et tenez-vous-y

Avant Alan Mullaly, un nouveau plan ou un nouveau programme était mis en place tous les 6 mois. Après avoir pris conscience de la situation, il élabora avec son équipe un plan simple en 4 étapes. Tout au long des années précédant le retour à la rentabilité, le plan fut le même.

  1. Restructurer de façon dynamique l’organisation pour rentabiliser nos affaires en fonction de la demande actuelle et de la proportion changeante des modèles.
  2. Accélérer le développement de nouveaux produits recherchés et appréciés par nos clients.
  3. Financer notre plan et améliorer notre bilan.
  4. Travailler ensemble de façon efficace, comme une seule et unique équipe.

On ne compte plus le nombre de fois où plusieurs hauts dirigeants de la compagnie essayèrent en vain de créer un nouveau plan ou un nouveau programme suite au résultat misérable que Ford obtenait. Pendant presque 3 ans et demi, Ford perdait des millions et des millions de dollars trimestre après trimestre. Le mot d’ordre de Mulally : « Tenez-vous au plan! »  Ce plan fut d’ailleurs partagé à tous les collaborateurs de la compagnie. On suggérait même, très fortement, de le porter sur soi.

 

Connaissez les chiffres

Deux des citations préférées d’Alan Mullaly sont les suivantes : "Les données vous donnent la liberté" et "On ne peut gérer un secret". Tout peut et doit être mesuré en fonction d’un objectif à atteindre.  À cet effet, chaque jeudi matin à 7h am à la salle Thunderbird au bureau chef de Ford, Alan Mullaly conduit ce qu’il appelle un EPA ou Examen du plan d’affaires.  Les 15 hauts dirigeants doivent à l’aide de plus de 300 tableaux indiqués le statut de leur entité.  Pour ce faire ils utilisent un élément visuel très important.  Chaque item du tableau est détaillé et un code de couleur est utilisé pour en indiquer le statut.  Rouge – Problème, Jaune – À surveiller, Vert – Progrès, Bleu – En attente.  Le but de ces tableaux est de donner un indicateur visuel rapide afin de régler les problèmes rapidement.  Voici d’ailleurs un exemple d’une entreprise ayant adopté cette approche.

 

 

Travaillez ensemble

La culture d’entreprise qu’Alan Mulally hérita ressemblait…. au Kremlin, comme le disait lui-même Bill Ford.  Coups de couteau dans le dos et écraser les autres pour se mettre en valeur faisait partie des façons de faire.  Cette approche avait évidemment un effet négatif sur chaque bonne idée qui pouvait émerger, car chaque exécutif était trop occupé à protéger son petit fief.  Avant l’arrivée de Mulally, les réunions de haut niveau ressemblaient à des combats à mort, chacun utilisant les points faibles des autres pour attaquer.  Ce genre d’approche rendait impossibles les discussions honnêtes concernant les défis de la compagnie.  Mulally imposa alors des règles strictes de conduite afin d’encourager la coopération et les performances de chacun envers un but commun.  Il fit comprendre à chacun, l’importance de travailler en équipe et insista auprès des personnes près de lui d’offrir de l’aide.  Lorsqu’un membre de l’équipe levait la main en déclarant avoir un problème, Mulally levait la sienne en demandant comment on pouvait aider.  Mulally disait toujours : "Travailler ensemble fonctionne toujours.  Cela fonctionne toujours.  Tout le monde doit faire partie de l’équipe.  Ils doivent être interdépendant l’un de l’autre".

 

Incluez tout le monde

La philosophie d’entreprise d’Alan Mulally : "Travailler ensemble" allait plus loin que dans les réunions.  Il fit en sorte d’étendre le tout au plus d’intervenants possibles.   Son message était simple : "Si vous nous aidez à connaitre du succès, nous partagerons notre succès."  Il rencontra secrètement le président de la UAW (United Auto Worker) Ron Gettelfinger afin de lui expliquer son plan.  En échange de certaines concessions,  Ford ramènerait des emplois au pays.  Les concessions furent faites et les emplois furent créés.  Lors d’une rencontre avec plusieurs employés de la compagnie Ford et des dirigeants d’établissements concessionnaires, Alan Mulally démontra jusqu’où il était prêt à aller pour mettre en force cet élément.  Il n’était en poste que depuis quelques mois et s’adressa à cet auditoire avec les formules habituelles.  Il demanda aux employés de la compagnie Ford de se lever debout, ce qu’ils firent.  Il leur demanda ensuite de regarder les gens des établissements concessionnaires Ford présents dans la salle et de leur dire : "On vous aime!"  Vous devez savoir avant d’aller plus loin que les relations étaient loin d’être harmonieuses à cette époque entre Ford et ces établissements concessionnaires.  Les employés Ford s’exécutèrent, mais sans grande conviction.  Disons simplement que l’amour n’était pas présent!  Alan Mulally reprit le micro et leur dit que pour manifester l’esprit d’équipe tout le monde devait faire partie du voyage et qu’une nouvelle approche devait être adoptée.  Il leur dit ensuite : "Dites-leur comme si vous le ressentiez vraiment".  Les employés de Ford s’exécutèrent.  "On vous aime!" crièrent-ils en cœur et cette fois avec conviction.

Pour la version PDF de ce document, cliquez sur le lien suivant ou copiez-le dans votre fureteur  https://fr.scribd.com/document/102155550/marioloubier-com-Lecons-du-champion-en-redressement-entreprise

Pour écouter le podcast, cliquez sur le lien suivant ou copiez le lien suivant dans votre fureteur https://take-command-a-dale-carnegie-podcast.simplecast.com/episodes/1-alan-mulally

 

Mario Loubier

514.434.9423

Partager via un média social