La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Outil formidable pour trouver un article de Mario par recherche de sujet! La Barre Google!

Un « je vous aime » de $7,2 milliards

Posté le 05/06/2020

Texte de Mario Loubier

S’il existait un panthéon des PDG, Alan Mulally y serait représenté de manière proéminente. En fait, en 2014, Forbes l’a inscrit en troisième position sur sa liste des plus grands dirigeants du monde, derrière le pape Francis et Angela Merkel, chancelière d’Allemagne.

 

Fin 2008, l’industrie automobile se dirigeait vers la faillite, et General Motors et Chrysler ont été sauvés par un énorme renflouement par les contribuables américains. Ford Motor Co. a décidé de se sauver elle-même.

 

Sous la direction de Mulally, l’entreprise a réalisé l’un des plus grands retours en arrière de l’histoire américaine. Ford perdait des milliards de dollars et était au bord de la faillite. Il était évident qu’un changement de mentalités et de culture d’entreprise s’imposait ?

Dans le livre American Icon, Alan Mulally raconte comment s’est amorcé ce changement de culture.

 

Peu après mon arrivée, les responsables des ventes et du marketing m’ont dit : « Nous allons avoir 4 000 concessionnaires Ford au stade Ford Field de Détroit. Nous aimerions que vous veniez leur parler ». Je leur ai dit que je venais d’arriver, comment pourrais-je apporter une valeur quelconque ? Ils m’ont dit que les concessionnaires savent que nous avons des problèmes, qu’ils savent qu’il y a un problème, alors pourquoi ne leur dites-vous pas simplement pourquoi vous vous êtes joint à Ford ?

 

À l’époque, tous les cadres de Ford livraient leur message avec les concessionnaires en lisant un texte sur un téléprompteur. Ils étaient habitués aux salons de l’automobile où tout était minutieusement programmé. Alors ils m’ont dit : « Alan, voici ton discours, et nous le placerons pour toi sur le téléprompteur. » J’ai dit que je n’avais pas besoin de téléprompteur. Pourquoi est-ce que je ne leur parlerais tout simplement pas ? Ils m’ont répondu : « Non, vous devez l’utiliser. »

 

Pendant la rencontre les autres dirigeants utilisent le téléprompteur. Je monte ensuite sur scène au Ford Field devant 4 000 concessionnaires. Les téléprompteurs se trouvaient sur trois niveaux du stade et les concessionnaires pouvaient également les voir. Lorsque je me présente au podium, tous les téléprompteurs s’éteignent ! Les concessionnaires savaient dès lors que ce serait différent. Ils se sont dits : ce type va simplement nous parler.

Les concessionnaires sont importants, car ils sont vraiment les clients du manufacturier. Ce n’est pas ce dernier qui vend les véhicules. Les concessionnaires le font.

 

Plusieurs employés de Ford étaient également présents. Mais au lieu d’être avec leurs clients (les concessionnaires), ils étaient tous au-devant de la scène parce qu’ils voulaient voir qui j’étais. Je n’étais pas à l’aise avec cette situation. J’ai donc demandé à tous les employés de Ford présents de se lever, de se retourner et de faire face aux concessionnaires. Ils se sont exécutés. Je leur ai ensuite demandé de dire aux concessionnaires que vous les aimez !

 

Le mot « amour » n’était pas très utilisé chez Ford. Avec la tête baissée, ils marmonnèrent un très faible « Je vous aime ». Voyant le manque d’enthousiasme je leur ai dit : essayons encore une fois, regardez-les et dites-leur que vous les aimez. Ce ne fut pas plus convaincant. Je leur ai alors dit : faites comme si vous le pensiez vraiment et ça deviendra une vérité. 

Les concessionnaires ont vraiment besoin d’entendre cela. Vous ne pouvez imaginer ce qu’ils ressentent actuellement. Ils ont peur de faire faillite, ils ont peu d’espoir et pas de véhicules. Sur ces mots, les employés ont lancé un enthousiaste et tonitruant « Nous vous aimons ! » Tous les concessionnaires Ford ont alors su qu’il s’agirait d’un partenariat et que nous pourrions redresser l’entreprise.

Mulally est arrivé en poste en septembre 2006. À la fin de cette année-là, Ford perdit 17 milliards de dollars. Au moment de quitter en 2013 Ford réalisait un bénéfice de 7,2 milliards de dollars ! Un « Je vous aime » assez payant vous ne croyez pas ?

 

Mario Loubier

Coach - Formateur - Conférencier

514-434-9423

Partager via un média social